B112 Essais en pilote

B112 Essais en pilote

Les conclusions d’un bilan « coût-avantage » peuvent préconiser la mise en œuvre de techniques de dépollution in-situ, c'est-à-dire sans mouvement des sols (terrassements). Toutes ces techniques impliquent de maitriser la circulation des fluides dans la porosité du sol. L’eau et/ou l’air sont alors les vecteurs d’extraction des polluants (composés solubles ou volatils) ou d’apport d’éléments participants à la dégradation des contaminants (oxygène, oxydants…).

Plusieurs essais in-situ permettent de caractériser les paramètres qui vont conditionner les écoulements dans les sols :

  • le slug test est un essai à charge variable de détermination de la perméabilité de la zone saturée adaptée essentiellement aux nappes libres.
  • l’infiltromètre à charge constante permet de déterminer la capacité d'infiltration de l'eau dans les sols non saturés.

Ces deux grandeurs physiques sont fondamentales afin de prédire l’influence d’un pompage ou d’une injection d’eau dans les sols. Elles servent de base au dimensionnement des techniques in-situ en permettant de calculer les débits mis en jeu, les rayons d’influence, l’espacement entre les puits, la capacité des unités de traitement…

Elles permettent éventuellement d’approcher le comportement aéraulique des sols en prenant en compte dans les calculs de dimensionnement les différences de caractéristiques mécaniques des fluides considérés (densité, viscosité…).